Quel que soit le type d’appareil dont vous disposez, c’est toujours une bonne idée de connaître son fonctionnement en vue d’optimiser ses usages et sa durabilité. Alors comment fonctionne une pompe d’arrosage ? En prenant les différents types de pompes à eau, nous vous détaillerons le mode de fonctionnement qui régit chacun d’eux. Continuez votre lecture pour en apprendre davantage.

Les principaux mécanismes

Après avoir choisir une pompe d’arrosage et réussi à l’installer, il important de connaitre son fonctionnement pour mieux tirer profit des fonctionnalités qu’elle offre. En effet, le fonctionnement de la pompe dépend de la complicité de plusieurs mécanismes dont les principaux sont :

L’effet centrifuge

Effet centrifuge - fonctionnement d'une pompe d'arrosage

La force centrifuge de la pompe d’arrosage consiste en la rotation des lames situées à l’intérieur de la roue qui entraînent les fluides de l’intérieur vers l’extérieur. En effet, c’est l’énergie mécanique engendrée par la rotation du rotor qui entraîne la roue. La roue à son tour fait bouger les pales et convertit cette énergie en énergie cinétique. Par le biais de la force cinétique qui en résulte, les fluides sont aspirés par les plates jusqu’au centre de la roue (œil de roue). Grâce au mouvement circulaire de celle-ci et à la courbure des lames, les fluides sont ensuite refoulés dans la tuyauterie de refoulement avec une pression donnée pour atterrir à la surface. Une fois ce processus aboutit, les fluides (eaux claires, eaux chargées,etc) seront utilisés pour l’arrosage et à bien d’autres fins selon les besoins de l’utilisateur.

La rotation des roues internes

Pour un meilleur refoulement de l’eau vers la surface, les pompes sont munies d’une ou de plusieurs roues internes. Ainsi, sous l’effet de l’énergie mécanique générée par le rotor du moteur, la rotation de la roue de la pompe se déclenche. Cette rotation donne naissance à la force centrifuge qui entraîne les fluides vers l’extérieur. Tournant dans un seul sens, l’eau n’a d’autres choix que de sortir de la source même quand l’appareil est défectueux.

La marche/arrêt automatique

Le mécanisme de la marche/arrêt consiste au débit d’eau lorsque la pompe est sollicitée et son arrêt lorsque celle-ci est éteinte. Le système du robinet est assez explicite pour illustrer ce mécanisme.

Cas de chaque type de pompe d’arrosage

Décortiquons le fonctionnement de chaque type de pompe :

Pompe manuelle

Pompe manuelle : fonctionnement

Telle une pompe de surface, la pompe manuelle ne peut fonctionner au-delà de 8 mètres de profondeur dans une source. Sans motorisation, son fonctionnement dépend du mouvement du piston, un des principaux éléments constitutifs de l’appareil. Selon la forme du piston, il existe deux types de pompes manuelles :

  • Pompe semi-rotative : piston plat ;
  • Pompe à balancier : systèmes de piston conventionnel. 

Dans le cas de la pompe semi-rotative, le mouvement du piston sera actionné par le levier de gauche vers la droite. Lorsqu’il s’agira de la pompe à balancier, ce mouvement sera déclenché par un mouvement de balancier, à l’aide d’un bras relié au corps de l’appareil.

Le mouvement entraîne l’aspiration de l’eau qui est ensuite refoulée à l’extérieur grâce au bec verseur, lui-même contrôlé par un complexe de clapets.

Pompe automatique

Pompe automatique : fonctionnement

Le fonctionnement de la pompe automatique est étroitement lié à celui d’un robinet. En effet, lorsque l’on a besoin de l’eau et qu’on ouvre le robinet, la pompe s’enclenche pour fournir l’eau et s’éteint automatiquement lorsque le robinet est fermé. La pompe automatique peut-être équipée de vanne, de bouton ou d’un simple robinet capable d’assurer sa fonction marché/arrêt automatique.

Pompe immergée

Pompe submersible : fonctionnement pour l'arrosage

Motorisée avec une technologie de conception parfaitement étanche et une structure nécessitant peu d’entretien, la pompe immergée fonctionne au-delà de 8 mètres de profondeur. Avec un corps en acier inoxydable, elle n’a rien à craindre du degré de pollution ou de la corrosivité de l’eau.

Ainsi, la puissance du moteur refoule l’eau dans le corps de la pompe. Grâce à la crépine, l’eau qui arrive dans la pompe subit une filtration et les grosses particules qu’elle contient sont éliminées. L’eau claire obtenue est ensuite envoyée dans le tuyau de refoulement pour atterrir dans votre réseau afin d’être directement utilisée pour l’arrosage et bien d’autres fins. Le clapet anti-retour maintient l’eau dans la pompe et facilite ainsi son amorçage. Le moteur est automatiquement refroidi par l’eau.

Pompe de surface

Pompe de surface : fonctionnement pour l'arrosage

Le fonctionnement de la pompe de surface est déclenché par la rotation du rotor du bloc-moteur alimenté soit par l’électricité, l’essence ou soit par l’énergie solaire. Grâce au tuyau relié au raccord d’aspiration, l’eau est aspirée dans le corps de la pompe avant d’être refoulée à l’extérieur par la force centrifuge de la roue. La pompe peut comporter une seule roue (monocellulaire) ou plusieurs roues (pluricellulaire, plus performante).

Que faut-il retenir ?

Le fonctionnement de certaines pompes d’arrosage bien que très similaire au fonctionnement de la pompe de jardin diffère d’un type de pompe à l’autre. Pour les modèles manuels, l’aspiration de l’eau est rendue possible grâce au mouvement du piston actionné par un levier ou le balancier. Pour les modèles électriques, ce fonctionnement est essentiellement régi par la force centrifuge commandée par la rotation du rotor du bloc-moteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *